Comprendre la maladie

Une maladie génétique répandue mais peu connue, qui peut se transmettre à ses enfants 1, 2


   L’Hypercholestérolémie Familiale, une maladie répandue mais sous-diagnostiquée 1, 3

Jusqu’à 300 000 personnes pourraient être atteintes d’une Hypercholestérolémie Familiale en France 2, 3. Cela correspond à une fréquence de 1 personne sur 200 2. Pour information, c’est une maladie plus fréquente que la mucoviscidose ! 4

Mais seulement 1% des patients seraient diagnostiqués. 2

L’Hypercholestérolémie Familiale est une maladie génétique 1. Elle peut se transmettre donc de générations en générations.

2 signes cliniques peuvent vous alerter : les dépôts extravasculaires de cholestérol notamment au niveau des tendons (xanthomes) et parfois au niveau des paupières (xanthélasmas). 1

   L’histoire de Mona Lisa

Et si la célèbre Mona Lisa avait un xanthélasma ? Notre chère Joconde doit avoir un peu moins de 45 ans et c’est généralement avant cet âge que se développe ce signe révélateur de l’Hypercholestérolémie Familiale. 1

Aujourd’hui, Mona Lisa aurait peut-être eu la chance de faire partie des 1% de malades diagnostiqués ! 2


   Qu’est-ce que l’Hypercholestérolémie Familiale ?

L’Hypercholestérolémie Familiale est une maladie génétique 1. Principalement 3 types de mutations génétiques à l’origine de la maladie ont été identifiés 1, 2, 6 :

  • Il existe des mutations du gène codant pour les récepteurs au LDL-Cholestérol. Les récepteurs au LDL (LDLR) à la surface des cellules du foie captent le LDL-Cholestérol ou
    « mauvais » cholestérol de la circulation sanguine. Chez les patients porteurs de ce type de mutations, tout ou une partie des récepteurs sont absents ou incapables de capter le
    LDL-Cholestérol du sang. Le LDL-Cholestérol augmente alors anormalement dans le sang.
  • Il existe également des mutations du gène codant pour l’APO B. L’apolipoprotéine B est une composante essentielle du LDL-Cholestérol qui est impliquée dans la reconnaissance des particules de LDL-Cholestérol par les récepteurs au LDL. Chez les patients porteurs de mutations du gène codant pour l’APO B, les récepteurs au LDL ne reconnaissent pas le LDL-Cholestérol. Le LDL-Cholestérol n’est alors pas éliminé de la circulation sanguine. Le taux sanguin de LDL-Cholestérol augmente alors anormalement.
  • Enfin, il existe un troisième type de mutations du gène codant pour la protéine PCSK9. La protéine PCSK9 favorise la diminution du nombre de récepteurs au LDL présents à la surface des cellules du foie. Certaines mutations du gène codant pour PCSK9 favorisent une augmentation de l’activité ou du nombre de protéines PCSK9, ce qui diminue le nombre de récepteurs au LDL et par conséquent entraine une augmentation du taux sanguin de LDL-Cholestérol.

L’Hypercholestérolémie Familiale existe sous deux formes génétiques 1 :

  • Une forme hétérozygote plus fréquente (1/200 à 1/500) : la maladie est transmise à la descendance dans 50% des cas. 1
  • Une forme homozygote très rare (1/1 000 000) : la maladie est transmise à la descendance dans 100% des cas. 1
Schéma maladie génétique
 

 

Quand un excès de « mauvais » cholestérol (LDL-C) se dépose dans la paroi des artères, le passage du sang devient de plus en plus difficile. Ainsi la circulation du sang peut être ralentie ou stopée et entrainer des complications cardiovasculaires telles que : des angines de poitrine, des crises cardiaques ou infarctus, des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et des maladies artérielles périphériques. 7

Une personne atteinte d’une Hypercholestérolémie Familiale non traitée a un risque de maladies coronariennes 13 fois plus important qu’une personne non atteinte ! 3

PLUS D’INFORMATIONS SUR LES COMPLICATIONS CARDIAQUES

   Quelle prise en charge ?

L’Hypercholestérolémie Familiale est une maladie sous diagnostiquée, pourtant le diagnostic repose sur des critères simples 1, 2. La première étape du diagnostic est la réalisation d’un bilan lipidique pour mesurer les taux de LDL-C. Parlez-en à votre médecin. 1

Pratiquez une activité physique régulière et adoptez une alimentation équilibrée pour vous aider à combattre la maladie et à prévenir les risques cardiovasculaires. 1

   Des traitements existent !

Pour lutter contre les excès de cholestérol, deux stratégies sont utilisées : la diététique et le traitement médicamenteux 1. Cette dernière option repose sur les hypolipémiants, pour réduire le taux de « mauvais » cholestérol et ainsi réduire le risque cardiovasculaire. 1, 8

En effet, il existe des traitements adaptés et efficaces, qui reposent en premier lieu sur les statines. 1, 8

Références

  1. Farnier M et al. Diagnostic et traitement des hypercholestérolémies familiales (HF) chez l’adulte : recommandations de la Nouvelle société française d’athérosclérose (NSFA). Presse Med. 2013;42 : 930-950.
  2. Nordestgaard B et al. Familial hypercholesterolaemia is underdiagnosed and undertreated in the general population: guidance for clinicians to prevent coronary heart disease: consensus statement of the European Atherosclerosis Society. Eur Heart J. 2013;34:3478-90a.
  3. Benn M et al. Familial Hypercholesterolemia in the Danish General Population: Prevalence, Coronary Artery Disease, and Cholesterol-Lowering Medication. J Clin Endocrinol Metab. November 2012, 97(11):3956–3964.
  4. Registre français de la mucoviscidose. Bilan des données 2013.
  5. Liyanage KE et al. Familial hypercholesterolemia: epidemiology, Neolithic origins and modern geographic distribution. Crit Rev Clin Lab Sci.2011;48:1-18.
  6. Hopkins PN et al. Familial hypercholesterolemias : prevalence, genetics, diagnosis and screening recommendations from the National Lipid Association Expert Panel on Familial Hypercholesterolemia. J Clin Lipidol. 2011;5(3 Suppl):S9-17.
  7. HAS. La prise en charge de votre maladie coronarienne. Vivre avec une maladie coronarienne. Guide affection de longue durée. Novembre 2007.
  8. Garnier Delamare. Dictionnaire illustré des termes de médecine. 28 ème édition. 2004.