Comprendre les taux de cholestérol

Le cholestérol, mais aussi d’autres graisses sont présents dans notre sang, et peuvent être des éléments importants à mesurer et surveiller pour prendre soin de votre santé cardiovasculaire. Comment comprendre ses analyses ?

Tube à essai

LE SAVIEZ-VOUS ?

D’après l’OMS, le taux de cholestérol total est plus élevé en Europe qu’aux Etats Unis1

Taux de cholestérol élevé ? Focus sur le bilan lipidique

Pour connaitre précisément votre taux de cholestérol, votre médecin vous prescrira une analyse de sang : le bilan lipidique, ou Exploration d’Anomalie Lipidique (EAL). En général, ce bilan est demandé, soit pour un dépistage, soit pour un suivi.

Il est recommandé de réaliser votre analyse à jeun, c’est-à-dire sans rien manger, ni boire (sauf de l’eau) pendant les 12 heures qui précèdent votre prise de sang2, 3.

Vous recevrez alors une feuille d’analyse de sang où différentes données seront indiquées : le LDL cholestérol, le HDL cholestérol, le cholestérol total, et les triglycérides.

Les données sont généralement données en g/L, mais vous trouverez parfois des informations en mmol/L.

Les types de cholestérol
Pour le cholestérol : 1 mmol/L = 0,386 g/L
Pour les triglycérides : 1 mmol/L = 0,875 g/L

On parle de dyslipidémie quand une anomalie de ce bilan lipidique est constatée. Plus précisément :

  • Hypercholestérolémie : si c’est seulement le taux de « mauvais cholestérol » qui est trop élevé
  • Hypertriglycéridémie : si c’est seulement le taux de triglycérides qui est trop élevé
  • Hyperlipidémie mixte : si ce sont les deux taux qui sont trop élevés

Comment ces valeurs sont-elles dosées ? D’abord, ne soyez pas perturbé si en faisant la somme de vos valeurs de HDL et LDL, vous ne trouviez pas celle de votre cholestérol total : c’est normal ! Le cholestérol total représente « tout » le cholestérol présent dans votre sang, et donc éventuellement sous forme de VLDL ou de chylomicrons. Aussi, tout n’est pas forcément « dosé ». Lors de vos prises de sang, en général, le taux de LDL-C est calculé en utilisant une formule (la formule de Friedwald2).

Quelques conseils :

  • Pour plus de fiabilité, il est recommandé d’éviter de fumer ou d’exercer une activité physique intense avant votre prise de sang 4. Ou encore de faire ce bilan dans les jours suivant une maladie récente, comme une infection ou un accident cardiaque5.
  • Certains médicaments peuvent influencer les résultats : n’oubliez pas de préciser à votre médecin quels traitements vous prenez 5.
  • Il est également recommandé de réaliser vos mesures dans le même laboratoire – pour rendre la comparaison des résultats plus juste4.
  • Parfois nous mesurons aussi les transaminases pour vérifier la bonne tolérance de vos traitements médicamenteux6.
Discuter avec votre médecin
 

 

Vous pourrez alors discuter les résultats avec votre médecin pour décider ensemble, le cas échéant, si vous devez modifier votre hygiène de vie et s’il sera nécessaire de prendre un traitement. Il pourra vous fixer un objectif quant à votre taux de cholestérol : valeur cible. Notez que les professionnels de santé ne prennent pas uniquement en compte votre taux de cholestérol. D'autres facteurs interviennent pour évaluer le niveau de risque cardiovasculaire : les antécédents de maladie cardiovasculaire, l’hypertension artérielle, la surcharge pondérale, le diabète, le tabagisme. L’âge et le sexe sont pris en considération pour déterminer les risques encourus.

Pour résumer, votre objectif quant à votre taux de cholestérol dépendra de votre niveau de risque cardiovasculaire. Ainsi, une jeune personne sans aucun facteur de risque sauf du cholestérol, aura un objectif cible différent de celui d’une personne plus âgée, déjà atteinte de diabète et peut être en surpoids.

D’après une récente enquête réalisée par la société européenne d’athérosclérose (EAS) auprès de 12 000 adultes :

Même si la majorité des participants approuvent le fait qu’il est important de savoir s’ils ont ou pas un taux élevé de « mauvais cholestérol »… 92% d’entre eux ne le connaissait pas ou ne l’avait jamais testé7 !

Quels sont les objectifs cibles et taux de cholestérol moyens en France ?

Le « mauvais » cholestérol (LDL-Cholestérol) reste l’indicateur principal dans le traitement des dyslipidémies2. Les valeurs de LDL-Cholestérol recommandées à atteindre ne sont pas les mêmes pour tous : comme nous l’avons expliqués, elles dépendent du niveau de risque cardiovasculaire de chacun. Et plus le risque est élevé, plus la valeur cible de taux de cholestérol est basse2.

Les dernières recommandations Européennes résument ci-dessous les recommandations de taux cibles de LDL Cholestérol, en fonction des niveaux de risque cardiovasculaire2 :

Niveau de risque cardiovasculaire Recommandations (LDL cholestérol)
Très haut risque < 0,7 g/L
Haut risque < 1 g/L
Risque modéré < 1,15 g/L

A noter : plus de détails sur le risque cardiovasculaire à venir dans une section dédiée à venir

En général, les valeurs de référence que vous lisez sur votre feuille d’analyse, permettent de comparer vos résultats à la moyenne d’une population non malade6. C’est pour cela que la lecture de votre bilan lipidique n’est pas forcément simple, et doit absolument être réalisée par un médecin5 .

En France, l’étude nationale nutrition santé (ENNS) a estimé entre 2006 et 2007 le taux moyen de cholestérol total et de LDL Cholestérol, au sein de la population française adulte, métropolitaine, âgée entre 18 et 74 ans, traitée ou pas. Les principaux résultats sont les suivants8 :

Carte de France
 

 
  • LDL-c moyen : 1,28 g/L
  • Cholestérol total moyen : 2,08 g/L
  • Une disparité hommes – femmes : Le taux de LDL-C est quasiment identique pour les hommes et pour les femmes… Mais à partir de 65 ans : le LDL-C diminue significativement chez les hommes (passant de 1,38 g/L pour les 35-64 ans à 1,24 g/L pour les 65-74 ans), mais pas chez les femmes (respectivement 1,32 g/L et 1,36 g/L)
  • 19% de la population possède un taux de LDL-C > 1,6 g/L

Ces résultats illustrent une réalité peu visible : la précarité de la prise en charge cardiovasculaire chez les femmes. En effet, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès chez les femmes, et elles sont de plus en plus nombreuses à être admises à l'hôpital pour une crise cardiaque.9.

Récemment la Fédération Française de Cardiologie a travaillé avec la réalisatrice Maïwenn pour réaliser un clip de sensibilisation sur le sujet.

Voir la campagne de la fédération française de Cardiologie
Campagne FFC pour adulte
 

 

Quels taux de cholestérol chez les enfants ?

Les informations ci-dessus concernent principalement les adultes. Or, il arrive aussi qu’il faille mesurer les taux de cholestérol d’un enfant, notamment quand on suspecte une Hypercholestérolémie Familiale (HF). La valeur de diagnostic de l’Hypercholestérolémie Familiale chez l’enfant est10 :

  • En général : un taux de LDL-C > 1,9 g/L (chez l'enfant : un taux de LDL-C > 1,6g/L)
  • ou, un taux de LDL-C > 1,6 g/L avec des antécédents cardiovasculaires et/ou un taux de cholestérol élevé chez un des parents.

Références

  1. World Health Organization, Global Health Observatory (GHO) data. Raised cholesterol. Situation and trends. http://www.who.int/gho/ncd/risk_factors/cholesterol_text/en/
  2. European Society of Cardiology, ESC/EAS Guidelines for the management of dyslipidemias. European Heart Journal. 2011; 32:1769–1818.
  3. Fédération Française de Cardiologie. Après l’accident coronaire ce que je dois faire pour prévenir la récidive !. 2015; 13-30.
  4. https://www.ameli-sophia.fr/diabete/mieux-connaitre-diabete/examens-de-suivi-recommandes/bilan-lipidique.html
  5. Fédération Française de Cardiologie : Cholestérol -Agir contre le cholestérol pour réduire les risques cardiovasculaires. 4-8.
  6. Bruckert E., Graf M., Rinzler C-A. Contrôler son cholestérol pour les nuls. Editions First Gründ._2010; 17-200.
  7. Catapano A-L, Wiklund O.Think Again About Cholesterol. Atherosclerosis Supplements 20. Elsevier. 2015; 1-3.
  8. Brocas A-M., Danet S. Etat de santé de la population en France. 2011;286.
  9. http://www.fedecardio.org/risque-chez-la-femme-jeune.html
  10. Gidding S-S, Watts G-F, Wiegman A. Familial hypercholesterolaemia in children and adolescents: gaining decades of life by optimizing detection and treatment. European Heart Journal. 2015; 36:2425-2437.